LES ORIENTATIONS DU PROJET DE VIE DU F.A.M. DE MARANGE SILVANGE

Les orientations sont établies pour une durée de cinq années et sont réactualisées en fonction des évolutions du Foyer Bernard DELFORGE, des besoins, des aspirations de la population accueillie, ainsi que des recommandations de l’ANESM (Agence Nationale d’Evaluation et de la qualité des Etablissements Sociaux et Médicosociaux).

La recommandation « La qualité de vie en F.A.M. » nous permet de visualiser, ce vers quoi un Foyer d’Accueil Médicalisé doit tendre pour offrir un accompagnement de qualité aux Résidants avec la participation de leur famille et/ou représentant légal.

L’établissement, s’appuie sur la recommandation afin de répondre au plus près, en fonction de ses possibilités et pour cela il se donne des moyens :

  • Intégration des valeurs inhérentes au Foyer Bernard DELFORGE ;
  • Sensibilisation de l’ensemble des professionnels à la « Bientraitance » ;
  • Plan de formation ciblé sur la prise en charge des personnes handicapées physique, souffrant de poly-pathologies, ainsi que de pathologies liées au vieillissement ;
  • Travail en partenariat et en réseaux ;
  • Projets de vie sociale personnalisés pour chaque Résidant.

LE PROJET DE VIE SOCIALE

Il doit être rappelé que l’établissement répond à des valeurs érigées par le fondateur du Foyer, Monsieur Bernard DELFORGE lui-même handicapé physique, valeurs sous tendues par la loi 2002-2 du 2 janvier 2002, rénovant l’action sociale et médico-sociale, rappelant la pleine citoyenneté des personnes en situation de handicap accueillies, en réaffirmant leurs droits.

Les axes d’interventions et missions du Service Vie Sociale s’inscrivent dans le projet d’établissement. Ils sont définis dans le cadre de la prise en charge globale de la personne handicapée, par objectifs, à caractère sanitaire et social dans une démarche d’évolution continue des pratiques.

L’ensemble des professionnels intervient :

  • Dans la conception des projets d’animation sociale, de partenariats ;
  • Dans la mise en œuvre d’actions spécifiques en vue du développement de l’expression et la relation sociale ;
  • Dans l’émergence de projets individualisés, collectifs ;
  • Dans la participation et la promotion des activités à visée thérapeutique-éducative de la structure ;
  • Dans la participation à un processus global de maintien des capacités relationnelles et sociales du Résidant ;
  • Dans la participation à un processus de maintien ou de développement de l’autonomie physique et psychologique du Résidant ;
  • Dans la définition des besoins émergeants et nouveaux du Résidant, ses potentialités définis dans le projet individualisé d’accueil et d’accompagnement, dans le projet de soin informatisé, une confirmation de la culture pluridisciplinaire ;
  • Dans l’implication et dans la complémentarité des compétences : réunions et supports informatisés.

L’objectif est la volonté de prodiguer des soins de qualité (soins social, infirmier, paramédical).

Le Résidant reste au centre de la prise en charge et la cohésion de l’équipe favorise l’homogénéisation des pratiques.

La professionnalisation des personnels, les missions assignées, les formations adaptées aux spécificités des Résidants, tout contribue à une consolidation des compétences et de la prise en charge dans l’accompagnement du Résidant.

Relations avec l’extérieur : Les Bénévoles

L’intervention d’une équipe de bénévoles au Foyer Bernard Delforge, est définie dans le projet d’établissement. Leur participation vient compléter l’action menée par l’équipe professionnelle.

Les actions-missions et moyens proposés, les personnes ressources dont les bénévoles concourent à la valorisation et à l’intégration sociale du Résidant.

LA PHILOSOPHIE DE L’ACCOMPAGNEMENT DE LA PERSONNE ACCUEILLIE

Accompagner une personne handicapée, c’est déjà « mesurer » sa capacité d’autonomie, avec elle.

Le terme « d’autonomie » n’a pas forcément la même signification pour tout le monde, aussi il est indispensable de connaître le point de vue de la personne et ainsi être en capacité de l’accompagner selon sa perception et non pas telle que nous la concevons, uniquement.

L’accompagnement se veut bénéfique et bienveillant pour le Résidant, mais il reste que la relation est imposée par la situation invalidante de l’individu qui ne laisse pas d’autre choix que d’être aidé.

Pour toute personne dépendante, vivre exige d’accepter la contrainte de l’accompagnement, vecteur paradoxal d’autonomie » Yves Lacroix.

L’accompagnement du Résidant

 Le projet d’établissement engage bien l’ensemble des praticiens de la structure.

Il invite chacun à prendre connaissance de ses contenus, mais aussi à apporter son écho, à participer aux objectifs de progrès continu de notre entreprise sociale.

Les 4 axes de travail définis dans le projet d’établissement reflètent le concept même de l’animation promulguée au sein de la structure :

  • L’animation par les loisirs ;
  • L’animation par la prévention (accompagnement social) ;
  • L’animation par la relation ;
  • L’animation de la structure.

Ces principes directeurs ont pour buts essentiels la valorisation des rôles sociaux et l’intégration sociale du Résidant par l’accompagnement dans la vie quotidienne et l’animation.

La relation d’accompagnement face aux situations limites

Cette étude est consacrée à la relation d’accompagnement et à tous ses paramètres, face aux situations limites chez la personne handicapée atteinte d’une maladie évolutive et/ou de troubles associés.

Nous sommes confrontés dans notre travail à des situations complexes, aux dimensions multiples mettant en jeu des techniques professionnelles mais aussi notre engagement dans la relation.

Les moyens matériels, humains sont une source primordiale au Foyer Bernard Delforge.

L’accompagnement individualisé, spécifique nécessite une réorientation et adaptation des exigences professionnelles des soignants auprès des personnes handicapées.

Le recours aux compétences extérieures et aux réseaux offrent des possibilités de développement quant au processus de soins, de communication et d’accompagnement prodigués auprès des personnes handicapées.

La relation d’accompagnement repose sur la disponibilité requise de l’intervenant, pour vivre avec la personne handicapée, l’écouter et se laisser guider par les indices qu’elle fournit elle-même.

La relation d’accompagnement, c’est aider la personne handicapée jusqu’à la fin de sa vie.

La relation d’accompagnement est un travail coopératif entre deux « experts » : l’équipe professionnelle et le Résidant dans le pilotage de sa propre existence. Les intervenants responsables du devenir du Résidant doivent créer une nouvelle phase de gestion du temps, reconstruire le temps à venir pour le sujet, donc situé comme phase de vie.

L’ACCUEIL ET LE PROJET PERSONNALISE

L’établissement est engagé dans une démarche de personnalisation de l’accueil et de l’accompagnement, qui se traduit dans les différentes procédures conçues et mises en œuvre, relatives à la préparation de l’accueil, l’accueil et l’accompagnement tout au long du séjour et l’élaboration du projet personnalisé.

LA DEMARCHE DE PRE-ADMISSION A L’ACCUEIL DU RESIDANT

PREPARATION DE L’ACCUEIL

Des procédures de pré-admission et d’admission ont été élaborées.

  • Pré-admission : lorsqu’une personne ou son entourage contacte l’établissement, il lui est demandé d’adresser à l’établissement l’orientation de la MDPH, un document transmis par le Foyer dûment complété et un dossier médical. A ce stade, ni visite ni entretien ne sont proposés pour ne pas susciter de faux espoirs chez la personne en attente de place.

Des visites découvertes sont organisées pour des adolescents élargissant leurs orientations futures.

  • L’admission : les membres de la commission d’admission, qui réunit le médecin, la directrice, l’assistante de direction, la responsable IDE et la responsable de la vie sociale, examinent le dossier présenté et se concertent ;
  • la personne satisfait aux critères, une visite de l’établissement et une consultation médicale lui sont proposées.

A l’issue de cette étape, si la personne souhaite toujours l’admission, elle est placée sur liste d’attente. Un certain nombre de pièces supplémentaires sont alors demandées, dont la liste figure dans le livret d’accueil.

L’ACCUEIL PROPREMENT DIT

La procédure existante prévoit l’accueil physique selon les modalités suivantes pour favoriser une adaptation progressive.

  • L’échange de documents :

Le Résidant et/ou le représentant légal, apportent le dossier complété. L’établissement leur remet le livret d’accueil, la charte des droits de la personne accueillie, le contrat de séjour qui sera complété par le projet personnalisé au terme de la période d’essai.

Le Résidant et/ou son représentant légal sont invités à donner certaines autorisations (prélèvement sanguin, photographie, par exemple) et à mentionner éventuellement leurs volontés funéraires. Ils peuvent également désigner par écrit une personne de confiance et faire part de leurs directives anticipées comme la loi relative aux droits des malades les y autorise. (En référence aux articles L. 1111-6 et 1111-11 du code de la santé publique).

  • La place des familles :

Le Résidant est accueilli avec sa famille et/ou son représentant légal. Leur présence est particulièrement importante pour rassurer le futur Résidant, recueillir ses habitudes de vie et ses goûts.

Il s’agit aussi d’expliquer le règlement départemental d’aide sociale et notamment l’organisation des congés, point particulièrement important pour des personnes habituées à vivre au rythme des congés scolaires.

Il est proposé à la famille de conserver, si c’est son souhait, une partie des tâches relatives à la vie quotidienne, telles que l’entretien du linge, l’accompagnement aux visites médicales, la participation à certains repas, fêtes ou sorties, etc.

Ce qui est recherché par l’établissement est la construction d’une relation triangulaire : Résidant, Famille, Professionnels, favorable à un accompagnement cohérent de la personne accueillie. La famille est ainsi toujours associée à toutes les étapes de la vie du Résidant.

Ce début de séjour est présenté comme une période d’essai de trois mois renouvelable une fois, de manière à favoriser découverte et intégration progressives.

LA CONSTRUCTION DU PROJET PERSONNALISE : LE PROJET INDIVIDUALISE D’ACCUEIL ET D’ACCOMPAGNEMENT (PIAA)

VISION GLOBALE

Le projet individualisé d’accueil et d’accompagnement est un élément de l’accompagnement de vie de la personne handicapée.

Notons l’importance considérable du milieu social avec son infrastructure, sa manière d’établir les relations humaines ; car même si il n’est pas question de sous-estimer la gravité des déficits organiques, psychologiques des Résidants, la façon dont ils vivent leur handicap dépend directement des représentations, des actions que les professionnels établissent, du regard qu’ils accordent.

Or une pédagogie de la réussite ne peut qu’être une pédagogie de l’exigence considérant la personne handicapée comme un citoyen à part entière. Reste pour chaque sujet à découvrir les exigences à hauteur de ses possibilités.

C’est dans cette perspective que se place le projet personnalisé, une démarche de soins globale de la personne, au sein de l’établissement.

 L’ELABORATION DU PROJET PERSONNALISE

Le Projet Individualisé d’Accueil et d’Accompagnement
Le Projet Individualisé d’Accueil et d’Accompagnement (document personnalisé de prise en charge) est élaboré par l’établissement en association avec le Résidant, la famille et/ou son représentant légal.

Y sont définis les objectifs de la prise en charge et la mention des prestations médico-sociales, de soins à visée thérapeutiques de soutien et d’accompagnement.
Par ailleurs, les objectifs et prestations adaptés à la personne accueillie sont définis dans un délai de six mois, à compter de l’admission et réactualisées chaque année.

Au Foyer Bernard DELFORGE, chaque membre de l’équipe professionnelle facilite à des degrés différents, la réussite et l’atteinte des objectifs du projet personnalisé.

L’enjeu du projet d’établissement doit nous inciter à poursuivre avec détermination le rôle de propositions qui nous incombe, afin de permettre une réelle évolutivité de la prise en charge et de mieux mobiliser ainsi les ressources existantes, qu’elles ressortent de nos compétences ou des partenaires extérieurs et des solidarités (membres bénévoles, intervenants, coopérations externes).

Le projet individualisé d’accueil et d’accompagnement est une méthodologie de travail avec ses avantages et ses limites, basé sur des valeurs clairement énoncées dynamisant le projet personnel du Résidant. Il n’est donc pas fixé une fois pour toute ; nos questionnements, nos expériences, nos approches contribuent à son évolution.
Le protocole « PIAA » s’inscrit dans l’organisation et la qualité des soins.

Il se définit comme suit :

  • Planifier des réunions d’évaluation participatives impliquant les professionnels des 6 équipes de Soins, afin de concevoir le recueil des données en corrélation avec la prise en charge globale du Résidant ;
  • Identifier ses besoins, ses forces, ses difficultés, ses compétences ;
  • Favoriser une qualité de communication par la connaissance des problèmes de langage, de vue, d’audition ;
  • Avoir un degré de connaissance et d’interprétation du Résidant en ce qui a trait à ses problèmes de santé, diagnostic, voir son traitement médical, y compris kinésithérapie, ergothérapie… (aides techniques, utilisation du fauteuil…) ;
  • Analyser les souhaits du Résidant, selon le contexte, des situations réelles, impliquant une individualisation des démarches ;
  • Prendre en compte les difficultés du Résidant ;
  • Respecter le projet personnalisé du Résidant en intégrant ses capacités et ses limites et considérer avec lui les différentes solutions à envisager ;
  • Encourager les choix du Résidant, l’expression de ses droits et la conscience de ses devoirs ;
  • Favoriser l’accession à des rôles socialement valorisés par le développement et/ou l’amélioration de ses capacités, potentialités, de ses compétences ;
  • Déterminer les objectifs prioritaires et définir les activités correspondantes ;
  • Privilégier l’accompagnement du Résidant par le Référent ;
  • Utiliser les supports du Projet de Soins Informatisé et documents à disposition en salle de consignes ;
  • Promouvoir la participation du Résidant aux activités proposées dans le cadre du projet d’établissement, dans le respect de son projet personnalisé ;
  • Entrevoir de nouvelles possibilités d’actions ;
  • Adopter une attitude de neutralité bienveillante, paramètres de la relation, rôle d’aidant :

    • Faire preuve de discernement, d’écoute, d’ouverture et de patience ;
    • Faire preuve d’empathie au regard de la situation vécue par le Résidant y compris sa souffrance, tout en gardant la distance professionnelle nécessaire dans la relation ;
    • Faire preuve de tact et de courtoisie, d’équité ;
    • Adapter sa communication : utiliser le vouvoiement-tutoiement, le nom ou le prénom avec l’accord du Résidant ;
    • Respecter l’appartenance spirituelle et culturelle du Résidant ;
    • Respecter l’autonomie, la dignité, l’intégrité, le bien-être et la sécurité du Résidant ;
    • Se référer au règlement intérieur du personnel, aux valeurs associatives ;
    • Se référer à la démarche qualité et aux recommandations de l’ANESM.
  • Etre à l’écoute, disponible à l’égard du Résidant, l’accompagner dans sa vie et dans chaque étape de son existence, contribuant ainsi à la dynamique de son projet ;
  • Articuler l’ensemble des éléments et la priorisation des besoins au moment de l’évaluation et la définition des missions des personnes ressources.

Participation de la famille et/ou du représentant légal

Dans le cadre de l’évaluation annuelle du PIAA, la famille et/ou le représentant légal est sollicité afin d’apporter sa contribution au projet personnalisé du Résidant.

Le référent :

  • Un personnel référent est nommé et présenté au Résidant ;
  • Ce référent est un professionnel de l’équipe de soins. Il est nommé pour deux ans lors de l’admission et le suivant sera tiré au sort par le Résidant. Cette modalité a été adoptée pour permettre un turn-over des référents auprès des Résidants qui sont très attachés à ce tirage au sort ;
  • La nomination du référent peut être révisable si des difficultés relationnelles ou autres apparaissaient.

DE L’ELABORATION A L’EVALUATION DU PROJET PERSONNALISE

L’évaluation annuelle / Organisation par les Services :

  • Le Médecin - l’Infirmière Responsable- la Responsable Vie Sociale.

Etape 1

  • Définir et prioriser les dossiers des Résidants à évaluer ;
  • Réactiver à tout moment les autres dossiers en fonction d’une évolution ou sur demande d’un professionnel.

Etape 2

  • Transmettre aux soignants un calendrier de dates d’évaluation affiché sur le tableau en salle de consignes) afin que chaque professionnel prépare la réunion d’évaluation.

Etape 3

  • Organiser et animer les réunions d’évaluation participatives impliquant les professionnels des 6 équipes, avec l’intervention de l’Infirmière Responsable et la Responsable Vie Sociale ;
  • Concevoir le recueil des données en corrélation avec la prise en charge globale du Résidant.

Etape 4

  • Organiser une réunion « de décision » afin de proposer des réponses adéquates aux besoins du Résidant avec la participation : du Médecin - IDE Responsable - Responsable Vie Sociale Responsable Commission Technique d’Appareillage - Hygiène de Vie - Référent ;
  •  Prendre la décision qu’il convient en fonction de son champ de compétences ;
  • Acter les décisions dans le PIAA ;
  • Réaliser les Evaluations avec l’outil PIAA – PSI, à l’Espace Vie Sociale :

    • Gestion des habitudes de vie en fonction de l’autonomie (ergothérapie, kinésithérapie...) ;
    • Gestion de l’évaluation graphique de l’autonomie (Grille AGGIR) ;
    • Pictogramme affiché dans la salle de bain du Résidant ;
    • La fiche MDPH Relevé des Besoins en aide humaine ;
    • Les transmissions événementielles et ciblées ;
    • Le projet de soins nursing, mobilisation ;
    • Communication, Relation avec l’entourage ;
    • Le projet Personnalisé Vie Sociale.

Etape 5

  • Communiquer l’évaluation au Résidant, par le référent ;
  • Informer les infirmières, par le Médecin et/ou l’Infirmière Responsable ;
  • Informer les soignants, par l’infirmière ;
  • Mettre à disposition du personnel soignant le dossier PIAA sur support papier en salle de consignes pour consultation et application des données ;
  • Echanger avec le Référent pour les soignants, pour des renseignements complémentaires ;
  • Informer la famille et/ou le représentant légal des données spécifiques de l’évaluation par les représentants des services : Direction, Médecin, Secrétaire de Direction, Responsable Soins Infirmiers, Responsable Vie Sociale. Des échanges (informations transversales) auront lieu entre ces services et le Référent.

L’ORGANISATION DES DIFFERENTS ASPECTS DE LA VIE COLLECTIVE

La gestion du linge des Résidants : hygiène et qualité

A l’arrivée du Résidant, le référent fait l’inventaire du trousseau, cet inventaire est reproduit deux fois dans l’année.

Si le Résidant est en capacité de ranger son linge seul ou avec une aide, il lui est proposé de participer au rangement dans l’armoire.

Le linge du Résidant peut être géré par l’établissement ou par la famille.

La blanchisserie du Foyer a été rénovée en 2012 et mise aux normes « RABC ».

Des travaux de petite couture et adaptation des vêtements sont réalisés et le marquage du linge est géré sur place.

Le rôle du référent est déterminant auprès du Résidant, il a pour mission de conseiller sur l’habillement, les accessoires possibles, le maquillage pour les dames et ceci dans l’optique de favoriser l’image de soi, ainsi que le bien-être physique et psychologique du Résidant.

Des sorties « achats-vêtements » pour les Résidants, sont organisées aux périodes « printemps/été » et « automne/hiver », elles sont très appréciées par les Résidants qui y participent et se terminent toujours par un repas au restaurant.

Là aussi, il ne s’agit pas simplement d’achat de vêtements, mais également de proposer au Résidant de renforcer son désir de se sentir valorisé par une apparence agréable pour les autres et pour lui-même.

Lors de manifestations festives, le référent guide le Résidant à choisir une tenue adéquate, qui sera préparée à l’avance et contribuera au plaisir de participer à ce moment.

La sécurité et l’éducation à l’environnement

L’éducation à l’environnement, associée aux notions de citoyenneté, de formation, au sein de notre établissement, vise à diffuser des connaissances et des valeurs, à promouvoir des comportements pour participer de façon responsable à la prévention et au maintien de la qualité de l’environnement.

Aussi un programme de communication, d’éducation, de sensibilisation et de participation est établi pour l’ensemble des Résidants, tous les ans.

Les thématiques étudiées, lors de conférences sont :

  • La gestion des déchets ;
  • La sécurité – risque incendie ;
  • Les règles de sécurité de déplacement : conduite d’un fauteuil électrique ou manuel sur la voie publique.

Des supports informatisés, pédagogiques, ludiques complètent ces actions.

  • La gestion du tabac : un local « fumeur » est mis à disposition.

LE SERVICE HYGIENE DE VIE

L’hygiène est la science qui traite de la santé humaine, des règles et des conditions d’existence nécessaires pour la conserver et l’améliorer.

Hygiène corporelle, vestimentaire, approche relationnelle par l’esthétique et la coiffure sont les axes de travail définis dans ce service.

Cette activité offre aux Résidants, des moments de ressourcement privilégiés et de bien-être physique et psychologique.

Le corps constitue un outil majeur dans les possibilités relationnelles de l’individu et influence le niveau de l’estime de soi.

L’Art du Beau répond à un besoin spécifique distinct des besoins biologiques : un besoin de l’esprit.

Le regard que le Résidant porte sur lui-même et celui qu’il reçoit des autres, sont des éléments dont nous devons tenir compte dans notre travail d’accompagnement.

L’activité esthétique est un support de la relation thérapeutique, l’objectif étant la restauration et/ou la réappropriation de son image propre, par le regard de chacun.

Amener la dimension d’un contact physique et d’un toucher « thérapeutique » dans le cadre d’une relation d’aide constitue un complément primordial à la dimension verbale de la communication.

C’est dans ce cadre que s’inscrit l’activité bain détente. L’établissement est équipé de baignoires à ultrasons qui permettent aux Résidants de bénéficier des bienfaits de la relaxation dans l’eau.

La personne handicapée doit bénéficier de soins corporels positifs et pas seulement réparateurs ou fonctionnels. Il s’agit de rechercher une qualité de vie qui intègre les concepts de désir et de plaisir d’être (tendre à la sérénité du corps et de l’esprit réconciliés).

Les prestations proposées sont :

  • La coiffure : coupe, couleur, brushings et coiffures adaptées à chaque physionomie ;
  • L’élaboration avec simplicité de l’art du maquillage, de l’épilation, de la pose de vernis à ongles ;
  • Contacts extérieurs avec les familles des Résidants et contact avec les fournisseurs ;
  • Achats, distribution et gestion des stocks des produits d’hygiène, de coiffure et d’esthétique (la boutique) ;
  • Gestion des besoins vestimentaires des Résidants en relation avec le service administratif ;
  • Organisation des sorties avec l’auxiliaire de vie ou le Référent pour les achats des Résidants : vêtements et produits d’hygiène ;

Dans le cadre de nos partenariats, deux intervenants de la coiffure travaillent en collaboration avec le Service Hygiène de Vie.

Partenariat avec :

L’I.S.F.E.C. de Metz (Institut Supérieur de Formation Esthétique et Coiffure) avec des journées rencontres pour les Résidants qui bénéficient de soins esthétiques et coiffure au sein de leur structure.

Ces partenaires participent à l’intégration individuelle et collective du Résidant tout en favorisant l’image de soi et le bien-être physique et psychologique. Ce partenariat en collaboration avec le Service Hygiène de Vie intervient dans le sens d’une politique de soin visant à favoriser la prise en charge globale du Résidant.

Les Résidants ont exprimé qu’il est essentiel à leur bien-être et leur qualité de vie, d’être considérés avant tout comme des personnes à part entière plutôt que comme des personnes qui n’existent aux yeux des autres seulement par leur handicap.

Toutes ces prestations permettent de prendre soin de leur image qui favorise non-seulement l’estime de soi, mais aussi une insertion, la participation et le maintien des relations sociales dans l’établissement et à l’extérieur de l’institution.

L’ACTIVITE TOUCHER RELATIONNEL : LE TOUCHER COMME SOIN RELATIONNEL

Le handicap fait référence au principe de la pluridisciplinarité et toutes les interventions faites dans ce domaine, visent trois objectifs globaux, à savoir :

  1. Une démarche de soins ;
  2. Des actions de soins médicaux, paramédicaux et à visée sociale ;
  3. Les ressources humaines, les partenariats.

Les pathologies liées au handicap, à la maladie, au vieillissement, aboutissent à la modification de la communication, à la perception environnementale.

Outil d’enrichissement des soins, le Toucher Relationnel est à la fois un processus et un moyen d’intervention :

  • Etre en relation avec le Résidant différemment, prendre soin de son être.

Cette activité participe à l’humanisation de la relation pour accompagner la personne dans une relation qualitativement différente des soins gnosiques de la vie quotidienne.

Le Foyer Bernard DELFORGE a intégré dans le plan de développement des compétences, une formation au Toucher Relationnel élargissant ainsi l’équipe des intervenants.

Le développement de cette activité permet d’approfondir notre approche de soins, dans une démarche personnalisée de la qualité de la prise en charge du Résidant, dans sa globalité :

  • L’accompagnement individualisé ;
  • La communication par le toucher ;
  • L’éthique (approche du corps dans le respect, la neutralité bienveillante, selon un cadre réglementaire établi).

L’activité toucher relationnel n’est pas seulement, fonction du professionnel, elle est également portée par le Résidant, son histoire, sa culture, son rapport au corps.

Les séances sont planifiées, assurant la régularité nécessaire à ce type d’action dans un espace prévu à cet effet.

Le projet de soins informatisé et le projet individualisé d’accueil et d’accompagnement sont des supports de travail complémentaires à cette démarche.

LA RESTAURATION

Alimentation : Temps du repas

Le temps du repas constitue pour le Résidant un moment privilégié. Ce sont des repères dans la journée et tout au long de l’année : fêtes calendaires, animations à thème, déjeuners anniversaire, les petits déjeuners, les saisons…

Les axes prioritaires définis dans le projet d’établissement sont :

  • L’importance du cadre et de l’environnement ;
  • La bonne installation du Résidant et l’aide au repas ;
  • La commission des menus trimestrielle où les Résidants et le personnel participent de manière active, pour le choix et la composition des menus par un dialogue constructif pour l’amélioration des prestations, par des enquêtes de satisfaction et de qualité du service dispensé ;
  • La présentation quotidienne des menus sur un support attractif, les décors de la table, de la salle de restauration en fonction des animations festives, des saisons ;
  • L’ambiance sonore, musicale adaptée ;
  • L’importance des horaires, de la durée des repas et respect de la chronologie des repas;
  • La prise en charge diététique et médicale : régimes divers et l’administration des médicaments ;
  • Soins d’alimentation ;
  • Soins d’hydratation : en tenant compte des apports d’eaux sous toutes ses formes, thés, tisanes, café, jus de fruits, eaux gélifiées, sorbets… proposées également en après-midi, comme un temps d’activité et relationnel ;
  • L’importance d’un service de qualité sur assiette ;
  • L’impact relationnel de la présence du chef de cuisine au moment des repas.

Les repas thérapeutiques : approche relationnelle

Le repas implique et engage la responsabilité de tous les acteurs de soin.

Chacun d’entre eux entreprend une action adaptée, différenciée et personnalisée, en fonction de leur formation professionnelle. Le travail thérapeutique est plus particulièrement axé sur des personnes dépendantes dans la vie quotidienne. Les différentes interventions sont liées aux orientations suivantes :

  • Amélioration du confort du Résidant ;
  • La transformation du « temps repas » en un moment privilégié favorisant les échanges informels et veiller à l’équilibre dans la constitution des tables en respectant les affinités ;
  • La prise des repas dans la détente, avec la conservation de la notion de plaisir, malgré les entraves thérapeutiques, jouer un rôle d’agent de sociabilité, être médiateur, animer, favoriser un bon climat ;
  • L’observation, l’analyse des obstacles à l’autonomie de la personne handicapée (régression, amélioration) avec adaptation des moyens thérapeutiques aux différents cas ;
  • L’aide au Résidant dans ses actes, la définition et la création de systèmes d’adaptation (orthèses…) ;
  • L’utilisation d’aides techniques palliatives (assiette ergonomique, verre, couteau, fourchette adaptés, longue paille…) : aider le Résidant à manger dans le respect de l’autonomie en valorisant les gestes qu’il ne peut faire, en le stimulant et respecter son rythme de mastication et de déglutition.

Mais en dehors de ces actions techniques qui visent à l’encadrement de la prise des repas thérapeutiques, les régimes alimentaires s’étudient sous un angle différent.

Les régimes sont observés avec rigueur et les modifications ponctuelles sont transmises par les services de soins.

Il y a toutefois des dérogations, l’avis du médecin est sollicité lors de certaines occasions.

Les différents régimes :

  • Les régimes amaigrissants ne sont entrepris qu’avec la complicité du Résidant et les objectifs réalistes à atteindre fixés par le médecin ;
  • Les régimes ponctuels pour des problèmes gastro-intestinaux notamment, sont de courte durée ;
  • Le régime colopathique ;
  • Les régimes diabétiques, hyposodés, anticholestérol…

Les repas « mixés »/ « moulinés », sont présentés sur assiette. La présentation est soignée et le goût des différents aliments est préservé. Une réflexion sur l’optimisation « du goût » est portée tout particulièrement sur les mixés / moulinés et le chef de cuisine travaille sur des produits spécifiques.

Les risques de fausse routes (IMC – SEP…)

Les problèmes dentaires rendent la mastication difficile. Pour ces problèmes essentiels, les aliments peuvent être entièrement mixés.

Dans certains cas, les aliments durs (viande) seront moulinés.

Consistance et aspect sont importants : velouté, semi-liquide, des eaux gélifiées permettent une hydratation correcte. Les aliments ne sont pas systématiquement mélangés afin que les Résidants puissent identifier les différents aliments.

Plaisir de se nourrir, alimentation variée, équilibre alimentaire, présentation des plats, choix dans certains cas : boissons chaudes, froides… sont autant d’atouts pour alimenter et hydrater les Résidants de façon correcte.

Toutes ces actions ont pour but d’améliorer la vie du Résidant sur le plan physique et psychologique. Il s’agit d’un travail d’équipe qui demande un suivi, de la rigueur et de la persévérance.

La formation assurée au personnel, dans ce domaine est un atout supplémentaire au fin de l’amélioration de la prise en charge nutritionnelle du Résidant.

Les évènements sont systématiquement marqués :

  • Les anniversaires sont des évènements fêtés mensuellement et de manière « somptueuse », l’équipe de la cuisine confectionne pour chaque occasion des gâteaux « maison » qui ravissent autant la vue que les papilles et les Résidants y sont très sensibles ;
  • Les fêtes calendaires, en fonction du thème sont également marquées par un repas spécifique. (Noël, la Saint Valentin…) ;
  • Les repas avec les partenaires sont également très soignés.

Pour les repas festifs, les professionnels participent, ils sont en tenue de ville et ils accueillent les invités de manière personnalisée, la salle à manger est aménagée et décorée, un fond sonore complète le dispositif.

Les professionnels ont bénéficié de formation « Art de la table » ce qui contribue à la réussite de la dimension hôtelière observée.

  • La semaine du goût ;
  • La semaine du « BIO » ;
  • L’anniversaire du Foyer Bernard DELFORGE ;
  • Les repas thématiques : petit déjeuner, déjeuner, dîner en corrélation avec un évènement culturel ;
  • Un service de restauration en terrasse, au chalet dans le parc d’agrément.

Les professionnels de la cuisine soignent les repas proposés, tant au niveau de la qualité des denrées, de la présentation que du service en salle.

LA VIE SOCIALE DES RESIDANTS

L’animation, les activités collectives et individuelles : Le projet de vie sociale

« ANIMER, C’EST DONNER DU SENS A LA VIE ! »

Dans un Foyer d’Accueil Médicalisé, l’animation prend tout son sens en permettant aux Résidants de participer à une ou plusieurs activités, de s’investir en fonction de leurs capacités et d’être ainsi valorisés pour eux-mêmes.

L’animation est reconnue comme un « outil » indissociable de l’accompagnement des Résidants, par les Résidants eux-mêmes, en participant, par les familles très demandeuses pour leur proche, ainsi que par les professionnels qui ont compris le bien-fondé de l’animation et sa vocation sociale et thérapeutique.

Les animations permettent de découvrir le Résidant dans un autre contexte que celui du soin, celui-ci peut se révéler différemment, peut-être même surprendre les professionnels, mais également les familles.

LA PERCEPTION DE L’ANIMATION AU FOYER BERNARD DELFORGE : L’ANIMATION DES LOISIRS

Le Service Vie Sociale concourt aux missions identifiées dans le projet d’établissement. Composante de la prise en charge globale de la personne handicapée, les axes de travail promeuvent :

  • La participation à la qualité de vie du Résidant, par un accompagnement individualisé, en favorisant l’intégration sociale, le développement de liens sociaux ;
  • Le développement et l’évolution des projets d’animation sociale, la création des outils de gestion et d’évaluation en corrélation avec la Démarche Qualité ;
  • La Vie Sociale : des projets adaptant les missions aux besoins et désirs émanant des personnes accueillies, en partageant des valeurs et principes d’actions communs.

Le projet d’animation sociale est établi dans le cadre d’une démarche participative, en associant les professionnels de la structure en mobilisant les compétences, les partenaires et coopération de bénévoles. Ces finalités visent à répondre aux besoins sociaux fondamentaux : elles se réfèrent aux dimensions individuelles, collectives et sociales de toute personne. Il s’agit du besoin de reconnaissance sociale, du besoin d’estime personnelle et d’épanouissement, du développement des capacités de la personne.

Les missions : travail en synergie et complémentarité vers un objectif commun. La synergie et complémentarité professionnelle des acteurs cités sont des valeurs de qualité, contribuant à la prise en charge globale par objectifs, des Résidants.

Les handicaps et pathologies diversifiées et surajoutées des Résidants sont complexes et évolutifs, si bien que la démarche d’animation est sans cesse à réajuster, mais surtout à développer.

Missions générales : des activités à finalité sociale, de loisirs, thérapeutique, culturelle, éducative, relationnelle.

L’animation des loisirs

« Le loisir est un ensemble mouvant et complexe d’occupations auxquelles l’individu s’adonne de plein gré, soit pour se délasser, se divertir, soit pour développer la participation sociale, ses goûts, ses informations, ses connaissances ou ses aptitudes » (Dictionnaire de la langue philosophique »

Les activités de loisirs constituent pour la personne handicapée, un moyen de s’ouvrir sur l’environnement social, d’affirmer sa personnalité, de favoriser la communication. Elles modifient l’existence quotidienne en apportant un autre regard sur la vie en développant une dimension relationnelle autre.

L’activité n’est pas une fin en soi, mais un moyen de se réaliser, de s’exprimer, la relation permettant la compréhension mutuelle. Il faut aider la personne handicapée à « être » et reconnaître pleinement ses droits et sa personnalité. Il faut la promouvoir comme participant intégralement au processus de développement basé sur les potentialités et la créativité de chacun.

L’essentiel de notre démarche pédagogique chez les personnes handicapées est de dépasser l’handicap en libérant les potentialités physiques, mentales, morales. Elles sont à travailler, à valoriser dans le cadre d’activités de loisirs.

NIVEAU DISTRACTIF

Les activités distractives favorisent un espace de liberté dans lequel une grande partie de la personne se construit. Elles ont une place importante dans le loisir social.

Les axes de travail :

  • Activités Ludiques ;
  • Activités Audio-visuelles ;
  • Les festivités ;
  • Fête de la Musique ;
  • Activités Relaxation.

Activités ludiques et de connaissance

Le jeu permet de fixer toute l'attention de la personne. L'objectif de ce type d'activités est de maintenir ou d'améliorer le champ des connaissances et des échanges.

  • Jeux de société ;
  • B.D. Poursuite ;
  • Le loto ;
  • Scrabble.

Activités « Audio-visuel »

Recréer l'ambiance d'une salle de cinéma, pouvoir diffuser, projeter, regarder tout simplement un écran géant : films (cinématographique, vidéo, télévisés ou réalisés par nos soins).

Festivités

Quoi de plus distrayant, délassant que de faire la fête. Des rendez-vous à ne pas manquer !

  • Les fêtes calendaires ;
  • Les anniversaires ;
  • Les activités événementielles.

Nos fêtes spécifiques :

  • Portes ouvertes.

Journées d'informations, de communication et d'élargissement de nos pratiques. L'objectif étant la présentation de notre espace de vie et des prestations de services.
Des temps d'échanges sont organisés entre les différents partenaires et visiteurs afin de favoriser une meilleure connaissance de l'établissement et du public accueilli.
Expositions « Création, Art et Culture », vidéo-films, diaporama sont présentés lors de cette manifestation qui se veut avant tout conviviale et riche d'enseignements.

Activités thématiques et calendaires

Ces actions ont une place importante dans l'organisation des loisirs des Résidants.

C’est l’occasion d’inviter des intervenants (musique, spectacle…)

Activités physiques

Il existe un intérêt distractif mais aussi un développement de la confiance en soi, de la confiance en l'avenir devant les progrès réalisés. L'action permet une forme d'expression et joue un rôle de stimulation.

  • La « Valbonnaise » (jeu de pétanque de table) ;
  • Jeu de quilles adapté ;
  • Circuit moto et side-cars ;
  • Football en tant que supporters ;
  • Ping pong ;
  • Ski adapté au Snow-Hall ;
  • Aqua loisirs ;
  • Vélo tricycle adapté.

NIVEAU CULTUREL

Les activités culturelles ont un rôle dans le développement de la personnalité de l'individu.

L'individu trouve son identité culturelle au sein d'un environnement cohérent dans lequel il peut être sujet. Les activités culturelles stimulent et développent les fonctions d'adaptation et de relation.

De nombreuses activités culturelles sont proposées au sein de l'établissement, en partant des désirs, des intérêts, des besoins des personnes handicapées ainsi que de leur réalité de vie, de leurs rythmes propres.

Les activités culturelles, moyens d'expression diversifiés (expression orale, gestuelle, corporelle, graphique) permettent une meilleure connaissance de soi et des autres et conduisent à regarder autrement ce qu'il en est pour chacun, des possibilités d'ouverture.

Le handicap est une des données de la nature humaine, il n'enlève en rien la qualité d'individu de ceux qui en sont atteints.

Les axes de travail :

  • Communication Sociale ;
  • Lecture - Ecriture ;
  • Delforge Actualités ;
  • Delforge Infos ;
  • Art - Culture ;
  • Expression Théâtrale ;
  • Delforge Communication ;
  • Journées culturelles/expositions ;
  • Touriste à part entière : « un passeport pour l'intégration ».

Communication sociale

Expression par la vidéo, le reportage photo, l'informatique. Il faut dépasser l'aspect technique, sans nier son importance pour s'intéresser de façon privilégiée au moyen d'expression de communication que représentent les différents outils audio-visuels.

  • Par la Vidéo :

La vidéo fait appel simultanément à une perception imagée de l'environnement, ainsi qu'à une perception auditive. La vidéo dans les activités de loisirs est utilisée dans une perspective d'informations, d'échanges, de communication. L'objectif de cette activité est basé sur la conception et la réalisation d'une production audio-visuelle.

  • Par la photo numérique :

L'image est partout. Elle est un support médiatique. L'image photographique est mémoire, trace d'expression d'idées, de sentiments. C’est un outil de communication qui a un impact social.
Des albums photographiques sont réalisés :

Séjours vacances, manifestations culturelles, activités de loisirs, de création, de détente ;
Récit des événements, afin d'informer, de faire participer les Résidants au sein de l'établissement.

  • Par l'informatique  :

    L'informatique, outil d'animation, est exploité dans de nombreux domaines :
Espace de communication, ludique et pédagogique (jeux CD Room, site musical... ;
Initiation à l'informatique : atelier spécifique pour des Résidants souhaitant un encadrement individualisé ;
Espace presse pour la réalisation du journal Delforge Actualités et de Delforge Infos ;
Développement des photos numériques (tous projets de l'établissement) ;
Par le Visibox, informations, reportages photos.

Lecture - Ecriture

  • Atelier lecture-écriture
Les documents et ouvrages exploités prennent en compte les besoins individualisés des Résidants. Les orientations choisies représentent un apport enrichissant et une garantie de dynamisme aux participants.

  • Atelier cercle philosophique
Cette activité est réalisée avec la participation d'un intervenant extérieur, professeur en philosophie et des Résidants. Les objectifs définis dans le groupe ont été d'éveiller à la réflexion philosophique, les domaines de l'art, de la culture, de l'humanisme et de la pensée, des faits de société, grâce à une démarche pragmatique.

  • Cercle littéraire
Cette activité est réalisée trimestriellement avec la participation d'une intervenante extérieure. Un travail de réflexion et de dialogues s'articulent autour d'œuvres littéraires.

  • Delforge Actualités
Edition trimestrielle, ce journal a pour objet le développement des échanges, de l'information, de l'action et de l'innovation.
Familles, acteurs sociaux, personnes extérieures y sont abonnés, favorisant ainsi une intercommunication.

  • Delforge Infos
Delforge Infos est distribué au sein de l'établissement. Cette édition au format aisé à manipuler, est un moyen d'information et un passeport pour la culture : événement du moment et articles « coups de projecteurs » agrémentés de photos numériques.

Art - Culture

  • Interne et externe ;
  • Expositions, Conférences, spectacles, visites, cinéma, théâtre.

Ces activités revêtent un caractère formateur. Elles sont un enrichissement personnel et social. Chacun remplit son loisir de ce qu'il est lui-même.
L'épanouissement de la personne handicapée passe par la relation, les échanges entre individus. La culture, l'accès à la musique, au livre, à l'œuvre d'art, à l'expression artistique, au spectacle sous toutes ses formes demeurent parmi les actes qui façonnent le plus l'individu, sa personnalité, sa vie.

DELFORGE Communication

  • Ouvrir de nouvelles perspectives d'animation ;
  • Favoriser le dynamisme et l'accès à la connaissance ;
  • Offrir de nouvelles formes de loisirs par un ensemble évènementiel regroupant des conférences, des expositions et des visites culturelles, et créant des routes de dialogues et des rencontres à caractères pluridisciplinaires.

Journées culturelles / Expositions

  • La culture comme processus de formation et non de simple participation.

Des rencontres sur l'intervention artistique dans le champ social sont organisées. Un événement théâtral, une représentation, une communication au travers d'une exposition et de conférences, autant de formes d'expression, de plaisirs pour séduire et conquérir les Résidants et de s'ouvrir vers l'extérieur avec un public élargi.

Forum Conférences

L'établissement, espace de vie est également un lieu de rencontres et d'échanges : Forum, Conférences.

Touriste à part entière

« Un passeport pour l'intégration »

La diversification des formules de vacances permet de mieux répondre aux demandes des personnes handicapées. Selon les Résidants et leurs situations respectives, la « notion de vacances » ne comporte pas les mêmes enjeux, ni les mêmes implications.

Elle confronte l'entourage à la nécessité d'envisager des types et des conditions de séjours adaptés. Ceci suppose une connaissance suffisante de types de séjours envisageables, des conditions de prise en charge quotidienne de l'individu, de ses possibilités, de ses difficultés, de ses intérêts. Il faut également prendre en compte, l'importance des soins médicaux des personnes handicapées : la réalité de certains types de troubles, handicaps et les soins qu'ils exigent, limitent inévitablement les possibilités d'accueil, en vacances.
Les vacances instaurent une ponctuation temporelle et favorisent une ouverture d'esprit. Elles permettent un certain recul par rapport aux vécus qui imprègnent les relations quotidiennes entre les individus.

Voyager » peut être une porte ouverte vers une plus grande intégration. Le Résidant participe activement dans la conception et la mise en œuvre des projets de loisirs.

NIVEAU CREATIF

Les Arts et les Activités de Création

Il faut rechercher l'activité qui met en jeu la fonction qu'il s'agit d'améliorer ou de maintenir. Pour que les activités créatives puissent jouer un rôle thérapeutique, il importe qu'elles soient choisies de façon précise, en fonction du but recherché et en parfaite connaissance des gestes, des efforts utilisés dans les différentes créations.
L'action créatrice, de caractère artistique, doit être recherchée car elle permet à la personne handicapée une forme d'expression, elle joue un rôle de stimulation.
Les activités de création sont organisées en relation individuelle, ou par groupe de 3 personnes. L'acteur social doit avoir une attitude stimulante, dans le respect des choix individuels.
Il faut s'imprégner d'une unité de pensée et aider le Résidant à développer sa projection extérieure.
Le loisir, par définition est un ensemble d'activités choisies par les Résidants pour épanouir leurs facultés physiques et intellectuelles : aussi, tous les projets de réforme sociale se rencontrent-ils sur la nécessité de faire :

Les axes de travail :

  • Expression par la forme et la couleur ;
  • Travail de la matière ;
  • La gravure sur verre ;
  • Expression plastique ;
  • Cuir ;
  • Art déco ;
  • Peinture sur verre - Vitrail ;
  • Couture (Thèmes).

Ces actions d'animation permettent au Résidant de se structurer et d'accéder à une vie sociale ; interventions non plus correctrices d'un état qui ne sera pas retrouvé, mais intégrées dans une forme nouvelle, adaptées à l'évolution de santé et aux possibilités d'autonomie résiduelles de la personne.

Il reste important que le Résidant soit investi de la responsabilité de son projet.

RELATIONS AVEC L'EXTERIEUR

Les Bénévoles

L'intervention d'une équipe de bénévoles au Foyer Bernard Delforge s'inscrit dans le projet d'établissement. Leur participation vient compléter l'action menée par l'équipe professionnelle.
"Une charte du Bénévole" et une convention entre le bénévole et l'établissement formalisent cette participation. La charte précise l'engagement du bénévole et le cadre des missions qui lui sont confiées :

  • Etre assidu et responsable dans l'accomplissement des activités assumées et en rendre compte aux professionnels ;
  • Etre à l'écoute, disponible, dans une relation neutre et positive ;
  • N'intervenir ni dans le domaine médical, ni paramédical, ni administratif ;
  • Agir dans le respect des convictions et opinions de chacun et dans le respect de la vie privée du Résidant ;
  • Respecter la distance relationnelle nécessaire avec le Résidant afin de préserver la vie personnelle de chacun ;
  • Respecter la confidentialité des informations concernant tant l'établissement et le personnel, que le Résidant lui-même et faire preuve d'une discrétion assimilable au secret professionnel ;
  • N'intervenir dans aucune transaction financière ni avec le Résidant, ni l'équipe professionnelle.

Un investissement tant dans la recherche, l’innovation, la créativité, que dans le développement des réseaux, partenariats avec les professionnels extérieurs, les associations, qui permettent la concrétisation des activités et l’aboutissement des souhaits des Résidants.

Les Partenaires

Coopération – Partenariat dans le cadre des projets d’animation sociale

Les activités thématiques, organisées avec la participation d’intervenants impliqués, s’inscrivent dans une notion partenariale où les Résidants sont acteurs.

Les partenaires font partie intégrante du processus global d’animation sociale.

Travailler avec eux est indispensable car prévoir l’évolution et l’adaptation de cet espace de vie, c’est-à-dire l’avenir des Résidants, dépend bien des actions et des solutions apportées tout au long de leur existence.

La diversité des projets mis en place par l’établissement témoigne de son ouverture au monde extérieur et de sa volonté à contribuer au développement de ses ressources.

Les domaines d’actions sont multiples, et créent une plus value sociale en participant à la prévention, au maintien et à l’activation du lien social.

Sont développés :

  • L’éducation à la santé, à la citoyenneté ;
  • L’éducation à l’Art, à la vie de la cité, à la culture ;
  • Coopérations avec le monde associatif ;
  • Partenariat  ;

    • Avec l’éducation nationale ;
    • Avec des centres de formation ;
  • L’organisation de conférences :

    • Avec des intervenants extérieurs ;
    • L’organisation d’évènements musicaux ;
  • Travail en réseaux : réponses transversales innovantes ;
  • Le cercle philosophique, littéraire ;
  • Les partenaires de la communication médiatique et audio-visuelle ;

    • Interventions de journalistes – photographes ;
    • Interventions de reporters / télévision locale.

La perspective du travail en coopération reste structurée par la recherche constante de qualité en unissant des ressources humaines (professionnelles) et des partenaires de différents univers, lors des différents projets, à l’intention des Résidants.

Le Projet de Vie Sociale s’inscrit dans une approche globale et unifiée de la personne.

Les soins physiques, psychologiques et relationnels sont intimement liés et interdépendants.

Cela implique la participation de l’ensemble des professionnels et la collaboration entre les différents intervenants.

Les champs de compétences du personnel, au croisement du médical et du social, favorisent la qualité de la prise en charge du Résidant dans le domaine de la Vie Sociale.